Lauréat 2023

Thérapie dédiée à la prise en charge des femmes victimes de violences sexuelles

Le cœur du projet : une thérapie spécifiquement dédiée à la prise en charge des symptômes des femmes victimes de violences sexuelles qui mêle les outils de la danse-thérapie et de l'équi-thérapie.
Son ambition : pallier aux limites des thérapies institutionnelles et permettre aux femmes victimes de violences sexuelles les plus précarisés d'avoir accès à cette thérapie.
Île-de-France
Orphéos

ORPHÉOS

Association
Indira Chowdhury

Fondatrice de l'association

Indira Chowdhury - Orphéos
  • Projet Oui

Le besoin

En 2023, l’Observatoire Nationale des violences faites aux femmes estime que 260 000 femmes sont victimes de violences chaque année en France. Ce chiffre ne prend pas en compte les femmes mineures.  

Les symptômes psycho traumatiques des violences sexuelles, qui traduisent une grande souffrance chez les victimes sont encore très méconnus des professionnels de santé (ils ne sont toujours pas formés pour la grande majorité d’entre eux). Les symptômes sont le plus souvent interprétés comme provenant de la personne elle-même et la question : « est-ce que tu as subi ou est-ce que vous avez subi des violences ? » n’est jamais posée. »

Actuellement, les prises en charge proposées sont des thérapies comme l’EMDR, l’hypnose ou encore les thérapies psycho-dynamiques. Selon de nombreuses études scientifiques, ces thérapies cognitivo-comportementales induisent la rumination des événements traumatiques, la dépression et sont susceptibles de causer l’entretient des émotions négatives liées au traumatisme. Il est donc nécessaire de construire des outils thérapeutiques, spécifiquement dédiés aux symptômes des femmes victimes de violences sexuelles.

La solution 

Afin de pallier aux limites de ces thérapies institutionnelles, nous avons construit une méthode thérapeutique mêlant les outils de la danse thérapie, du flamenco et de l’équi-thérapie.

Pourquoi la danse-thérapie ?
La médiation thérapeutique par la danse permet aux tissus traumatiques du corps de trouver une médiation externe dans laquelle les femmes vont pouvoir décharger l’émotion traumatique du corps tout en la transformant par une autre réalité qui est celle de la création artistique. La danse va ainsi permettre à ces femmes de connecter le vécu émotionnel du corps aux mécanismes psychiques du cerveau et de sortir de la dissociation corps / esprit. 

Pourquoi le flamenco ?
Le travail sur les pulsations rythmiques de la musique par la danse va permettre de travailler sur la réharmonisation des pulsations internes du corps, leur coordination avec la réalité extérieure et la mise en corps des pulsions de vie. 

Pourquoi la médiation équine ?
L’objectif est de réadapter l’engagement et les émotions du corps dans une relation affective. La médiation par le cheval leur offre une relation au sein de laquelle elles peuvent engager leur corps en confiance, apprendre à poser des limites et devenir ainsi le sujet de leur propre corps. Ce travail de relation permet ainsi de désensibiliser l’angoisse qui s’est enregistrée dans le cerveau entre relation affective et agression. 

L’idée innovante du projet et son axe de développement

Proposer une thérapie systémique pour accompagner les femmes victimes de violences sexuelles en mêlant les outils de la danse thérapie, des rythmes du flamenco et de la méditation équine. 

Proposer la création d’un conseil scientifique spécifiquement dédiée à la création d’outils théorico-cliniques pour accompagner les femmes victimes de violences sexuelles.  

Une première phase de recherche-action « Danse-thérapie et violences sexuelles » a été menée au sein de la Maison des Femmes de Paris. Les résultats obtenus ont montré que la danse thérapie permettait : une prise de conscience des conflits corps / esprit ; l’accès à des états affectifs non traumatique comme le sentiment de bien-être et de beauté ainsi que la modification de l’image du corps perçue comme monstrueuse. 

Une deuxième recherche-action d’une thérapie systémique, qui mêle les outils de la danse-thérapie et de la médiation équine sera lancée début 2024.